Catégories  Articles

Péché, blasphème et anathème.

L’aversion qu’exprime une certaine gauche pour la religion en général et le catholicisme en particulier n’est pas nouvelle. Elle puise certainement sa source dans la Révolution française qui inventa la Constitution civile du clergé, autre nom pour la soumission de l’Eglise à l’Etat (à bien différencier de « séparation de l’Eglise et de l’Etat », d’une toute autre teneur).

J’ai été suffisamment longtemps à gauche (en fait, jusqu’à ce que je fasse de l’Histoire), pour bien connaître les arguments utilisés par les anticléricaux, anticatholiques et autres laïcards, pour justifier leur aversion.

Il en est qui, aujourd’hui, sonnent plus faux que d’autres.

Le catholicisme, disent-ils, porte atteinte à la liberté humaine en instillant la culpabilité dans le cœur des hommes. La notion de péché paralyse, l’anathème est un abus de faux juges qui ruinent la vie d’un homme à cause de ses opinions. La notion même de blasphème, et sa poursuite pénale, est une tyrannie des consciences. Le sacrilège en soi est une atteinte à la liberté de penser. La religion, c’est l’horreur, l’ennemi de l’intelligence, du bonheur, de l’épanouissement, du progrès humain, que sais-je encore.

Ecrasons l’infâme ! disait leur maître à tous, le grand, l’immense, le monumental Voltaire. Emancipons la pensée humaine, clament les libres-penseurs.

A gauche toute ! Tout ce qui est catholique est réactionnaire, odieux, obscurantiste, d’extrême-droite et nous rappelle, décidément, les heures sombres de notre Histoire.

Le traitement proprement abject que cette gauche vient de faire subir à Étienne Chouard devrait servir à ouvrir les yeux.

Sans aucun égard ni pour sa sincérité ni pour sa liberté fondamentale de penser ce qu’il pense, une meute de procureurs souvent anonymes et toujours vipérins, qui sont allés jusqu’à le menacer de mort à coups de pelle, se sont acharnés à lui dire quoi penser, à le culpabiliser de ne pas s’y plier, à exiger de lui qu’il expie publiquement, à jeter l’anathème sur ses écrits, à exiger un cordon sanitaire autour de lui. Insultes, menaces, invectives, calomnies, censure, ils ne lui ont rien épargné jusqu’à ce que, épuisé et meurtri, il raccroche.
Étienne a commis le péché impardonnable de ne pas condamner Alain Soral, autre blasphémateur voué à l’exécration publique. Il a commis le sacrilège de relayer des « antisémites ». Il refuse de s’en culpabiliser. Il mérite l’anathème, l’excommunication.

Et tout ça sans aucune perspective de rémission, puisque, sans transcendance, qui donc le pardonnera une fois qu’on lui aura bien pourri la vie ?
Juste une petite précision, à l’usage d’Étienne et de ses persécuteurs : chez les catholiques, un péché peut être pardonné. Toujours.

Et tout combat pour la vérité et la justice trouvera un jour ou l’autre, ici-bas ou dans l’au-delà, sa récompense ou sa compensation.
De tout cœur j’espère qu’Étienne comprendra ce que je veux dire.
Pour les autres, à la grâce de Dieu !

Jacques Castelli dit :

http://www.a-c-r-f.com/documents/Ste_Vierge_MARIE_1846_La_Salette.pdf

Extrait du message de la Sainte Vierge à la salette

« L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.
Mais voilà Enoch et Élie remplis de l’Esprit de Dieu ;
ils prêcheront avec la force de Dieu, et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d’âmes seront
consolées ;
ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de
l’antéchrist. »

Actuellement Elie prêche ! http://www.dailymotion.com/video/x2xsunz_court-extrait-conference-de-frere-elyon_school

Elsa M dit :

Voilà donc un bon article, bien passionnant. J’ai beaucoup aimé et n’hésiterai pas à le recommander, c’est pas mal du tout ! Elsa Mondriet / june.fr

Miville dit :

Je suis comme vous outré du parti fait par la gauche française à Étienne Chouard. Cet individu n’a émis une idée que des plus modérées, celle d’élire des dirigeants par tirage au sort sur le mode de ce qui se faisait dans l’Athènes des temps classiques et aussi dans la Venise des Doges, comme d’ailleurs encore de nos jours dans l’institution du jury. Je fus moi-même partisan de cette idée il y a 35 ans, je lui donnai le nom de Montécarlisme. Et je fus victime des mêmes condamnations outrancières, quoique à un tout petit niveau. Rien ne fait plus horreur à toute hiérarchie intellectuelle établie l’idée que les ayants droit à la parole pussent être sélectionnés par le hasard, quand les critères s’excellence sont satisfaits (examen, oeuvre…), que par la courtisanerie et le copinage.

Le fait pour cette élite d’exclure un membre de la façon la plus stalinienne qui soit (avec tentative de liquidation) sous le seul chef d’accusation d’avoir eu des rapports de conversation avec un individu d’opinions controversées provocantes (Alain Soral) qu’il récusait par ailleurs, montre qu’il s’agit là d’ennemis de la liberté la plus élémentaire, de cercles infréquentables au regard de toute religion tant soit peu cohérente (y compris, voire même surtout le judaïsme talmudique). Un tel degré d’intolérance à l’hérésie présumée perçue en tant que contamination physique ne se conçoit que dans les sectes initiatiques ou fanatiques massacreuses qui ravagent le Tiers-Monde, ou dans les organes de police secrète des états totalitaires à leur apogée. Cette idéologie ne dit pas son Dieu, mais on sait que parmi les dogmes prioritaires de sa morale il y a l’initiation sexuelle des enfants.

Les milieux et bouillons de culture se laissant aller à cette idéologie doivent désormais faire l’objet de la même exclusion au préalable de la part de toutes honnêtes gens que naguère les nazis et les racistes, toute les associations de parents d’élèves et autres nécessaires doivent se former, s’organiser et se déployer pour ordonner que pas un seul de ce gens surpris à fréquenter ces cercles n’entre en contact de quelque genre que ce soit avec ses enfants ou avec quiconque dont il a le soin, de la même manière qu’il faut faire les efforts voulus pour éloigner les mêmes personnes vulnérables des milieux narco-trafiquants ou pratiquant le cannibalisme. Il faut les traiter et les isoler comme les gens pratiquant la religion la plus dangereuse de France, le marxisme culturel, peu importe qu’ils soient de son aile néo-conservatrice ou néo-gauchiste.

Vous me direz que le Chrétien pardonne. L’Église (Jésus) pardonne à qui implore le pardon, 77 fois par jour s’il le faut pourvu qu’à chaque fois la faute soit regrettée, la bête humaine à faire mourir en soi étant ce qu’elle est. Ces gens-là ne veulent aucun pardon ni de vous ni de qui que soit en qui vous croyez. On ne pouvait pas pardonner aux fauteurs de l’Holocauste nazi parce que tous ne se repentaient que de ne pas avoir été assez vites, forts et habiles pour massacrer toutes leurs victimes voulues à temps, non plus qu’on ne peut pardonner aux Tontons Macoute, les sbires du régime Duvalier, dont les crimes sont initiatiques et commis dans le dessein de déployer des énergies porteuses de fortune. On peut et doit pardonner à un individu qui s’excuse, regrette ses bourdes ou ses méfaits envers vous. On ne peut ni ne doit pardonner à une collectivité fondée par principe sur la commission des mêmes méfaits, ou tolérante aux mêmes méfaits. Une hérésie, une secte, cela ne se réforme pas, cela s’évite et cela s’extirpe. L’exclusion avec tentative de liquidation de Chouard relève manifestement du péché contre l’Esprit. On peut pardonner à un individu d’avoir été de ce groupe, de cette idéologie faute de voir venir à temps le méfait qu’on allait exiger de lui, et qui cherche à déserter ce groupe. On ne peut ni ne doit en aucun cas pardonner ni dans ce monde ni dans l’autre à un cercle entêté de manière radicale, lucide et persévérante à écraser la lumière partout où elle menace de briller.

L’exclusion avec tentative de liquidation de Chouard ne doit faire l’objet d’aucun pardon, d’aucun oubli, pour ces gens qui ont cette formule tant aimée à la bouche. Pour un individu qui se rend compte qu’il va trop loin ou qu’il le faisait pour un gain regretté maintenant, oui. Mais pour le groupe des persévérants dans cette posture, non. Le cas Chouard doit faire jurisprudence de droit ou de fait pour un siècle au moins, son cas personnel mérite une autre affaire Dreyfus. L’infâme à écraser de tous les « J’accuse » c’est eux.

Si comme avec un antibiotique on ne frappe pas vite et fort, on va laisser se généraliser une infection qui très bientôt fera que la France s’inspirera, à grands efforts d’érudition orientaliste comme les Pharisiens de Paris savent si bien en déployer, de la société des castes indienne des temps brahmaniques les plus cruels pour la mise en oeuvre de la bienséance des temps à venir : il y aura une caste d’intouchables professionnels nourris gratuitement de déchets de table pour subir des horions et ramasser des excréments, comme Alain Soral, et malheur à quiconque des autres castes, comme Chouard, daigne simplement prendre un repas, un verre ou un café avec eux, ou simplement adresser un mot trop plein d’humanité, ils dérogeront par contamination : ce de manière à faire accepter les conditions de vie moins infernales mais quand même infra-humaines de presque tous les autres. L’ultime projet de société de ces gauchistes, qui les a fait saliver du temps de leurs voyages exotiques, le voilà. Je ne fais pas d’ironie, ce genre de comportement qu’on croyait particulier à l’Inde se répand comme une traînée de poudre partout où ces marxistes qui ne le sont plus que culturellement enseignent les théories new-age et le néo-paganisme pour justifier l’esclavage sexuel qu’ils comptent apprendre aux masses.

La religion libre et raisonnable dont Voltaire rêvait, c’était celle-là, celle de tant de beaux esprits indiens que nos universités présentent comme les praticiens de l’ultime liberté de penser et de jouir, mais qu’un croûton de trop donné à un intouchable ou un travailleur jette hors de leurs gonds.

frederick dit :

Bonsoir Marion, je suis belge pauvre et blanc non croyant pas laicard non plus pour faire court.
Premièrement, merci pour votre travail, vous faites honneur a Mr Guillemin.
Je suis très proche du combat de Chouard, je suis très attaché au projet d’intelligence collective de feu Jacquard Albert, et de l’engagement de Pierre Rabhi.
L’année 2014 aura été marqué par le courage hors du commun de Farida, pour ne cité qu’elle.
Si demain il y a lieu de rétablir l’instruction du peuple de la meilleur façon , je souhaite que votre voix y soit entendue.
Enfin , je suis pas très doué pour les compliments, merci encore .Salutations d’un artisan.

bariboule dit :

Très joli texte, qui complète bien l’interview de Bricmont (pour le coup pas sur la même vision de la religion) sur le sujet. Merci. Il est pour moi clair que la vraie constante c’est l’abus et l’indignité dans la capacité à attaquer en meute les boucs émissaire. Ceux qui hurlent contre Chouard aujourd’hui auraient été les membres les plus énergiques des oppresseurs du passé qu’ils disent honnir aujourd’hui fussent ils nés à une autre époque. Ils n’ont au fond qu’un parti, celui du manche. Et la démocratie est dans leur bouche un terme générique dont le sens ne leur est probablement pas accessible…

Marion Sigaut dit :

Voilà un bien joli commentaire. C’est exactement ce que je pense. J’espère qu’Etienne comprendra.

dumont dit :

Très bon commentaire de soutient, merci pour votre intelligence, et votre sincérité dans ces moments difficiles que connait Etienne. Merci aussi pour autre remarquable travail que certain compare à juste titre à celui d’Henry Guillemin

nico dit :

Etienne Chouard, est un type formidable malgrès qu’il soit de gauche, son expulsion de ces milieux pourris était inévitable.

De ce que j’ai lu des très intéressants travaux d’Etienne Chouard, sur la constituion et le tirage au sort, j’ai quand même l’impression qu’il répète l’erreur de Rousseau, et de la gauche en générale : il oublie le péché originel, et ne se refère jamais à la morale catholique. On pourra toujours faire des systèmes plus complexes de gouvernemement, mais au bout du compte, l’homme a du mal en lui.

Alors certes, l’un n’empêche pas l’autre, on peut, et on doit, réfléchir à améliorer nos institutions politiques, mais si on n’agit pas sur l’homme directement, si on continue de se disperser dans le mal. On n’arrivera jamais à rien.

Marion Sigaut dit :

C’est ce que je pense. Etienne est un garçon plein de valeur et de cœur, de courage et de dignité, qui n’a pas voulu voir le mal. Il peut difficilement continuer dans cette erreur. De tout cœur je souhaite que cette épreuve terrible, que ceux qui l’aiment ont vainement tenté de lui éviter, lui servira à comprendre. Mes pensées l’accompagnent.

Je suis Québécois. J’ai vécu 5 mois en France durant lesquels j’ai suivi des cours d’histoire à l’université. J’apprécie beaucoup votre travail. J’ai été longtemps ce vous dénoncez (c’est-à-dire opposé à tout ce touchait au catholicisme), et je crois que c’est ce qui me fait particulièrement aimer votre discours. Je me demandais s’il était possible, un jour, d’assister à une conférence de Vous et Étienne Chouard au Québec ? Je trouve qu’il y a tellement peu de contradiction pour faire face la pensée des lumières parmi les intellectuels québécois( la majorité approuve sans connaitre l’origine) que votre présence serait TRÈS pertinente… Enfin, je lance l’idée, si elle n’a pas déjà été lancé.
Merci encore pour ce texte

Marion Sigaut dit :

Je ne demande pas mieux, mais je doute qu’Etienne sorte avant un moment de sa retraite.

Mathieu Plourde Turcotte dit :

Je comprend la difficulté. Mais, si jamais… vous pouvez toujours demander à Alain Soral. Il avait reçu l’invitation pour venir au Québec d’un groupe qui se nomme Les Fils de la liberté, si je me souviens bien. Sachez tout de même que je serais aux premières rangées d’une de vos conférences, si jamais vous passez dans le coin… et que je ne serais pas le seul.

Marion Sigaut dit :

Pour faire venir quelqu’un il faut l’organiser et envoyer un billet…

Mathieu Plourde Turcotte dit :

Oui, je sais. Bien franchement, j’ai été un peu spontané, je n’ai pas d’organisation à ma disposition, mais si vous êtes intéressé, je peux faire des démarches et vous revenir avec un plan… En janvier probablement.

Marion Sigaut dit :

Si vous connaissez le Bonnet des patriotes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *