Catégories  Articles

Retour sur le récentisme.

L1009AFini de rire !

En mars dernier, E&R a publié une série de trois vidéos que Claire Colombi et moi-même avions voulu tourner au sujet du récentisme
Les réactions que nous avons provoquées nous ont donné envie de revenir sur certains points.
Voici.

Le récentisme est une théorie qui affirme, preuves scientifiques prétendument à l’appui, que les historiens se trompent, et que l’histoire du monde est totalement différente de ce qu’on nous en dit, notamment dans son déroulement chronologique.
C’est par le philosophe Pierre Dortiguier que le sujet a été vulgarisé et proposé à la dissidence.
Selon cette théorie, il existerait une « chronologie officielle » mensongère et truquée, à partir de laquelle tout notre passé a été inventé et/ou arrangé. Tout seraitbeaucoup plus récent qu’on ne le croit. Il faudrait retirer à notre histoire des siècles, voire un millénaire ou plus, tous les récentistes ne sont pas d’accord.
Ces derniers se définissent comme des chercheurs indépendants, hors du « système », donc libres. Ils se disent plus compétents que ceux qui ont étudié l’Histoire ou l’archéologie.

Dans le monde de mensonges dans lequel nous vivons, un tel révisionnisme est séduisant. Comme s’il était suffisant de réfuter ce qui communément admis, en le qualifiant « d’officiel », pour avoir raison.

Une des figures les plus incontournables du récentisme est le mathématicien russe Anatoli Fomenko, que ses adulateurs présentent comme un génie.
Combien d’entre eux ont-ils lu l’intégralité sa prose qui représente plus de 4000 pages seulement disponibles en russe et en anglais?
Que le modeste francophone gaulois se console : Il peut écouter une version française des théories de Fomenko qui présente lui-même ses travaux dans treize vidéos, d’une cinquantaine de minutes chacune (soit plus d’une dizaine d’heures.
On espère que ce qu’il dit n’est pas en contradiction avec ce qu’il écrit.

Prenons la vidéo numéro 12, qui résume les précédentes et s’intitule « La nouvelle chronologie dévoilée » .
Dès les premières minutes, l’information capitale est donnée : l’histoire du monde débute à ce que nous appelons par erreur et un peu bêtement le XIème siècle de notre ère c’est-à-dire il y a 1 000 ans. Toute l’histoire du monde se déroule en un millénaire seulement.

Selon Fomenko, il est impossible que les mégalithes, les savoirs mathématiques avancés et les écritures mystérieuses qu’on trouve un peu partout à la surface du globe soient dues aux civilisations anciennes, dites de l’âge du fer ou du bronze.  La science occidentale moderne ayant seule pu découvrir les mathématiques et l’architecture, c’est donc à l’occident moderne qu’il faut attribuer toutes ces merveilles archéologiques.
On peut sans conteste attribuer à ces propos la palme de l’autolâtrie et de l’arrogance chauvine.
Une des formidables arnaques conceptuelles du récentisme  s’appuie sur notre bons sens. La vision que nous avons de la très haute antiquité, si nous retenons l’idée de « progrès », est forcément mensongère. Des ancêtres idiots, vêtus de peaux de bêtes, grognant et chassant le bison ne peuvent avoir, le soir autour du feu entre deux tailles de silex, bougé des mégalithes de plusieurs dizaines de tonnes, construit des bâtiments cyclopéens et trouvé le moyen de les aligner avec les équinoxes tout en respectant le nombre d’or. Or, au lieu de supposer que leur civilisation était peut-être beaucoup plus développée qu’on ne le prétend et qu’ils possédaient des savoirs aujourd’hui oubliés – et de réfléchir sur la faiblesse de notre civilisation matérialiste et de notre foi dans le progrès – Fomenko fait l’inverse. Il affirme que, la modernité ayant seule pu accoucher de ces merveilles, il faut raccourcir le temps qui nous en sépare.

Et toute l’histoire du monde ramassée en 1000 ans, qu’est-ce que cela donne ? Résumons en quelques lignes «L’histoire sur l’échelle des vrais dates chronologiques» selon Anatoli Fomenko et son équipe.

Attention, ça pique !

L’écriture serait apparue au XIème siècle, de manière simultanée et non concertée dans le monde mais sous des formes extrêmement variées : hiéroglyphes d’Egypte, cunéiformes mésopotamiens, alphabet phénicien et idéogramme chinois, entre autres…
Les époques antérieures au XIème siècle doivent être considérées comme de la préhistoire : les gens vivaient dans des grottes ou dans des huttes, taillaient des outils primitifs, des flèches et sculptaient des os de mammouths.
Les biologistes seront intéressés d’apprendre que l’extinction du mammouth est postérieure au règne du roi Clovis et aux prêches du prophète Mahomet !
La chine des Han, les Sumériens, la Mésopotamie, l’Egypte pharaonique, la Grèce antique, l’Inde védique et même la Rome impériale ont bien évidemment existé, mais après le XIème siècle de notre ère. C’est-à-dire il y a mille ans.

Après avoir repris notre souffle sur cette ahurissante affirmation, poursuivons : que s’est-il donc passé dans les années 1100-1200 (selon notre calendrier biaisé, « officiel ») ?
Sachez que la ville d’Istanbul a plusieurs fois changé de nom : elle fut Byzance puis Constantinople, jusque-là tout va bien. Mais grâce à Fomenko nous apprenons qu’elle fut également la vraie Jérusalem biblique, la Troie antique et la « seconde Rome » (pas la ville de Rome que nous connaissons, mais un lieu conceptuel, une idée, le centre d’un empire en déplacement).
Jésus-Christ vint au monde à Constantinople en 1152. Le tsar Vladimir, sa femme et son général virent lui rendre hommage dans la crèche : ainsi doit-on comprendre ce que les Evangiles nous décrivent comme la visite des rois mages.
Cette affirmation est-elle due à la ressemblance frappante entre la femme du Tsar et Melchior de profil ?
Fomenko ne nous le dit pas.
La Jérusalem de Palestine? Elle fut fabriquée de toutes pièces au XVIIIème siècle par les Occidentaux.
Mais la Russie ne fut pas seulement la patrie des « Rois mages » elle fut aussi le lieu de naissance de la Vierge Marie.
En 1185, le Christ fut crucifié par les autorités de Constantinople. Cela rendit fous de rage les cosaques russes (qui avaient été christianisés avant même la diffusion des évangiles par les apôtres), et ils fomentèrent les croisades contre Constantinople/Jérusalem/Byzance/IIème Rome (conceptuelle)/Troie/Istanbul/ (ouf !)
C’est cet événement que raconte Homère dans l’Illiade, où les cosaques sont appelés Achéens. On est ravi d’apprendre que le bouillant Achille et le roi Agamemnon, furieux de la mort de Jésus-Christ, ont participé aux croisades contre Constantinople.
Fomenko nous révèle également que la guerre de Bélisaire contre les Ostrogoths à Constantinople, (que nous plaçons bêtement au VIe siècle après JC, c’est-à-dire il y a 1500 ans), et l’écrasement en Italie des Étrusques par Tarquin (au VIème avant JC, il y a 2500 ans) sont des recopies de ces croisades (que nous considérons comme ayant eu lieu il y a 900 ans en Palestine), et sont le même et unique événement.
Nous pourrions lui suggérer de confondre ces mêmes croisades avec le siège de Paris par les Vikings, les Thermopyles de Léonidas, en Grèce, Hannibal et ses éléphants passant les Alpes ou encore Ramsès II à la Bataille de Qadesh au Proche-Orient, qui présentent tous des similitudes troublantes.

Apprenez qu’après avoir conquis Constantinople, la horde cosaque russe conquit le MONDE.

 

Le lecteur doit savoir à ce moment précis qu’il lui est vivement conseillé :

  • de prendre les récentistes au sérieux.
  • d’éviter d’avoir le sourire aux lèvres en évoquant leurs théories.
  • de ne pas user d’un ton qu’on pourrait juger sarcastique.

Reprenons.

Au XIVème siècle (du calendrier « officiel »), le tsar russo-mongol Youri III/Ghengis Khan mourut, et on l’enterra sur le plateau de Gizeh où les trois pyramides furent construites à l’occasion de ses funérailles. La vallée des rois de Louxor (en Egypte, permettons-nous de le rappeler), elle, n’a jamais été une nécropole de pharaons égyptiens, mais le tombeau de rois Cosaques russo-mongols morts il y a 700 ans.
Puis Yvan Kalita, frère de Ghenghis Khan, prit le pouvoir, fonda à Rome le Vatican où il instaura la papauté avant d’aller fonder le califat à Bagdad. Ses armées impériales, dévastèrent ensuite le monde connu. Les cavaliers mamelouks égyptiens et même les samouraïs japonais (ces derniers n’étaient-ils pas originaires de la ville russe de Samsara ?) ne sont rien d’autre que ses hordes cosaques qui mirent en coupe réglée la totalité du continent eurasiatique. Ils ne s’arrêtèrent pas là et nos cosaques russo-mongols, templiers/ mamlouks armés de Katanas japonais passèrent le détroit de Behring, fondèrent les sociétés mayas, aztèques et Incas en Amérique, le tout en l’espace d’une cinquantaine d’années.
Il est interdit de rire.

Ça c’est une nouvelle chronologie !

Pour les passionnés et les sceptiques voici le lien vers cette merveilleuse vidéo.

Ne riez pas à son visionnage, cela pourra être retenu contre vous. Le récentisme c’est sérieux.

La seconde référence obligatoire pour remettre en question « l’histoire officielle », s’appelle François de Sarre.

François Charousset de Sarre se présente comme un ictozoologiste franco-allemand. Son livre « Mais où est donc passé le Moyen-Age ? » est disponible en PDF depuis 2005 sur le site du CERBI [1] . Beaucoup d’entre nous ont découvert le récentisme par son biais, puisqu’il compile et explique la pensée de Fomenko et des récentistes allemands Illig et Topper notamment. Il est la référence française et francophone en matière d’écrits récentistes.
Avant de poursuivre sur le fond, intéressons-nous au site Internet du CERBI. Sous cet acronyme se cache un intitulé scientifique « Centre d’Etude et de Recherche sur la Bipédie Initiale »
La Bipédie initiale ?
Il s’agit d’une hypothèse scientifique née au XIXe siècle, au moment de la controverse autour des théories de Darwin. Elle suggère que l’ancêtre commun à tous les mammifères n’a jamais marché à quatre pattes, mais seulement sur deux. François de Sarre va plus loin, il soutient l’idée de « l’homoncule marin », mammifère qui sortit de l’eau directement en station debout. Aucune preuve, aucun fossile ni aucun indice sur des restes d’hominidés ne viennent accréditer cette théorie, et le site du CERBI s’en réjouit !
Résumons-la en quelques phrases : quand nous vivions sous l’eau, notre grosse boîte crânienne nous servait initialement de flotteur, et par compression et décompression d’un gaz, notre corps de méduse pouvait monter et descendre dans l’océan. Notre corps évolua, se complexifia, se couvrit de poils (en milieu aquatique !), perdit ses branchies, et un jour hop ! Il accosta sur la plage debout sur ses deux pieds palmés.
C’est ainsi que l’humain perdit la faculté de se sustenter dans l’eau en pétant par les oreilles.
Interdit de rire, on vous a dit !

L’argument à la base de cette théorie est impressionnant : « Il m’a toujours paru idiot qu’un poisson sorte de l’eau et donne oiseau et mammifère, il est évident qu’il a dû sortir de l’eau debout ». [2]
Que voulez-vous répondre à ça ?
Le site propose pour étayer l’hypothèse de cet ancêtre aquatique bipède, des « tableaux hypothétiques », « des dessins hypothétiques » et enfin des « vue d’artistes » . [3]
Convainquant, non ?

Sous sa double casquette d’ictozoologiste/cryptozoologiste (ceux qui étudient les animaux dits imaginaires comme le yeti, les vampires et les loups garous), après avoir co-écrit un ouvrage sur les sirènes [4] , François de Sarre promeut les thèses récentistes. Il accomplit notamment un gros travail de compilation en traduisant et vulgarisant les travaux des Russes et des Allemands. Il ajoute néanmoins sa petite touche personnelle en théorisant l’idée d’un « grand cataclysme » qui aurait ravagé la terre il y a 1000 ans et dont personne n’a jamais entendu parler.
Mais le site du CERBI, c’est encore beaucoup plus que cela : on y trouve un foisonnement d’informations en plusieurs langues et leurs traductions en français. On peut y découvrir des articles passionnants sur des chevaux marins carnivores [5] , un homme de Neandertal vivant la nuit, (ce que prouvent ses grosses orbites) qui serait l’ancêtre du satyre et des bêtes féroces des contes et légendes [6] , ou encore un compte rendu des vacances de François de Sarre au Cameroun à la recherche du mokélé-mbembé, un monstre-dinosaure mystérieux vivant sur le fleuve Congo, peut être un cousin du monstre du Loch Ness [7] .

Pour revenir à l’Histoire et au récentisme, nous tenons à vous signaler la très belle traduction d’un article de Uwe Topper [8] , une référence dans l’école récentiste allemande abondamment citée par Pierre Dortiguier.
En Alsace, dit-il, le site du Mont Saint-Odile comporte une étrange forteresse de plus de 300 000 blocs, appelé le « mur païen ».Cet étrange vestige d’un lointain passé, pose aux historiens et archéologues des questions restées jusqu’à présent sans réponse. Mais Uwe Topper lui a trouvé clé de l’énigme : « L’homme qui me montrait le mur s’écria soudain : « I hab’s. Saurier war’n’s ! » [= « J’y suis ; c’étaient les Sauriens ! »]. Cela sautait aux yeux. Les Sauriens avançaient en grandes troupes, voyaient devant eux un mur qui était trop haut à escalader, alors ils essayaient d’arracher les pierres. Mais celles-ci étaient attachées par les crochets. Alors, après quelques accès de colère, les Sauriens n’avaient plus qu’à s’en retourner dans la plaine, »
Ainsi apprend-on que le grand Uwe Topper, à la vue d’un mur de trois mètres de haut, s’imagina que des hommes l’avaient construit pour arrêter des dinosaures.
Nous disons « dinosaures » et non « sauriens » car c’est ainsi que doit être traduit le mot allemand Saurier, ce qu’un zoologiste germanophone ne peut ignorer.

Rappelons qu’un diplodocus (dont on possède des fossiles dans différents musées) mesurait 12 mètres de haut et un tyrannosaure environ 7. Ainsi même en faisant fi des millions d’années qui séparent l’extinction des dinosaures de l’apparition de l’homme, ce mur aurait été une bagatelle à franchir et serait donc la construction la plus inutile de tous les temps.
Lisons attentivement la fin de l’article où Uwe Topper précise une pensée qui est censée remettre en cause toute la communauté des historiens (la traduction est d’origine) :
« Réfuter veut dire : prouver de façon incontestable que Sauriens et humains n’ont jamais vécu au même moment. Démontrer veut dire : des squelettes de Sauriens reposent au pied de la muraille, ils ont jadis péri dans leurs infructueuses tentatives de la franchir.
C’est l’évidence même qu’aucune preuve, ni dans un sens, ni dans l’autre, n’a pu être apportée jusqu’à présent. Toutefois je considère mes surprenantes propositions – qui n’avaient encore jamais été formulées – comme plausibles et bonnes à examiner, même s’il nous faut user jusqu’à la corde notre faculté de tolérance, et que l’ouverture d’esprit nécessaire n’est pas courante. »

Voici donc devant quelle méthode notre raison devrait abdiquer : à l’annonce d’un fait aberrant, sorti de l’imagination de son auteur qui ne cherche même pas à étayer sa théorie, c’est au contradicteur de prouver la fausseté et l’absurdité de l’assertion.

Prenons le au mot : pourquoi ne pas affirmer que Mr Topper se trompe, qu’il inverse les faits. Ce mur païen aurait été construit par les dinosaures eux-mêmes pour se protéger des attaques des humains.
Des arguments? La taille d’un « saurien » lui permettait de faire rouler et d’empiler des rochers de plusieurs tonnes sans efforts. De plus, un mur de trois mètres était suffisant pour arrêter des hominidés (et même des homoncules marins).
Vous trouvez cette hypothèse absurde ? A vous de prouver qu’elle est fausse, prenez du temps, dépensez de l’énergie pour démontrer que cette hypothèse grotesque ne tient pas debout.

Pas d’argument ?

Il est donc grand temps d’arrêter de rire et de vous remettre sérieusement en question.

Marion Sigaut Claire Colombi

 

[1]       De Sarre François ,Mais ou est donc passé le Moyen-Âge? http://initial.bipedalism.pagesperso-orange.fr/25ma.htm.

[2]       http://www.jcgrelet.com/livres__interview_de_françois_de_sarre_-_sirenes_et_hommes_marins_-_2007,

[3]       http://www.ldi5.com/paleo/bi.php

[4]       Cazottes, DE Sarre, Sirènes et hommes marins, Trois spirales, 2006

[5]       http://cerbi.ldi5.com/rubrique.php3?id_rubrique=33

[6]       http://cerbi.ldi5.com/article.php3?id_article=74

[7]       http://cerbi.ldi5.com/article.php3?id_article=185

[8]       http://cerbi.ldi5.com/article.php3?id_article=120C

miska dit :

En ce qui concerne certains mégalithes, dont ceux fameux de Stonehenge, dont on s’interroge aujourd’hui sur les moyens utilisés pour leur érection, qui plus est, ultra précise par rapport aux points cardinaux, on trouve une abondante documentation photographique des années 1950, illustrant parfaitement l’installation, avec des moyens modernes. On sait par ailleurs que précédemment, au début du 20è siècle, d’autres aménagement avaient déjà eu lieu, Stonehenge étant en bordure d’un aérodrome militaire, pourvu d’un accès ferroviaire.
On trouve des gravures anciennes, qui montrent que ce site, ne comportait pendant longtemps que quelques blocs épars. Rien à voir avec ce que Stonehenge est devenu plus tard.
Google: stonehenge 1954

claire dit :

Meme si les recentiste n’ont pas raison sur tout ils suscitent au moins le débat,alors que les autres gobent tous ce que l’éducation nationale leur fait ingurgiter ,il ne faudrait surtout pas s’apercevoir que l’écriture de l’histoire reste un moyen pour le pouvoir en place…ou futur…

turner dit :

re Bonjour,
pour complémenter de mon précédent commentaire que j’ai fais simplement à la vue de votre page.Mais là tout en suivant le sujet récentisme(te) je suis tombé sur une vidéo « Le récentisme à l’examen, par Marion Sigaut et Claire Colombi » Au moins j’apprends que vous êtes historienne, »aie,ais,aie » d’un côté j’adore mais de l’autre je reste comme un pantin hébété, vous vous basez sur de écris qui ne sont que le reflet d’une minorité ayant pouvoir sur la grande masse. C’est pour ma part obligatoirement faussé,car dans ces anciens mondes ,comment refléter réellement la réalité sur quelques artéfacts ,des dits….
Mais bon,je ne suis pas a la hauteur ! Mais franchement je ne peux dépasser les quelques minutes de cette vidéo,sans apriori. L’histoire n’est pas encore une science car elle n’est pas objective. C’est beau l’histoire ,c’est enivrant.Nous pourrions ne plus en dormir, mais tout cela n’est basé que sur des nuages. déjà l’historien de quelques confessions qu’il soit devrait l’étudier en mettant les mythes et religions de côté, en faire des rapprochement ,politique et relaté les conséquences sociétales,mais être libre d’utiliser nos sciences modernes . Le facteur temps universel remis a sa place en tous lieu à évidemment un droit à sa place. la sagesse dit « que les paroles s’envolent et les écrits restes »certes mais mêmes aujourd’hui gagée moi que même devant un tribunal que la réalité sera écrite ?

Mais excusez mon intrusion dans votre monde,j’aime l’histoire mais ne mis fis point,bonne continuation.

turner dit :

Bonjour,
Je tombe sur votre site/blog par hasard, il est évident que de la manière que vous présentez les choses,tout cela n’est pas vraiment pris au sérieux!
Pour ma part ,j’aime l’histoire et si je ne suis et de très loin pas spécialiste,il est évident que tout cela n’est qu’un beau roman.
Car nous devrions savoir tous, que l’histoire est écrite par les vainqueurs,les autorités de toutes natures.Mais en tant d’individu et pensant et regardant ce qui est autour de nous(essayant de penser et d’analyser notre environnement) il y a des incohérences sans nom. Il ne s’agit pas d’écouter et d’être d’accord ,mais plutôt d’y réfléchir . Il y a vraiment des choses qui ne coïncide pas avec les règles défini quasiment comme loi!
Je serais plus sur une hypothèse d’un cataclysme universel qui aurait eu lieu dans l’espace de l’an zéro (si je me réfère à l’histoire apprise).
Oui une certitude,l’histoire n’est pas écrite par le commun des mortels,mais pour le commun des mortels. A tel enseigne ,qu’aujourd’hui il serait utile pour nos dirigeant de tous poils de l’extraire de l’éducation. Alors rions belle dame,mais il n’y a pas de quoi pavoiser. C’est triste a un point terrifiant que de savoir que notre avancée technique et normalement sociétale est a ce point revenu a des temps terriblement archaïque. Nous n’avançons pas nous faisons de la marche arrière toute, le gain est d’une nullité sans nom. Alors je vous invite à regarder par vous même et sans préjugé le monde qui vous entoure. Peut-être laisser vos salon pour apprendre de vos mains des techniques manuelles avec nos outils modernes et entreprendre des travaux d’ampleur(pas simplement à signer un chèque et prétendre avoir réaliser tel out tel chose) . Bon amusement ,bonnes découvertes s’il en ai.

Quinconneau Xavier dit :

cette théorie est intéressante
elle ne concerne qu’une petite partie de l’histoire russe qui débute aux neuvième siècle et favorise grandement l’église orthodoxe en plaçant la véritable Jérusalem a Constantinople, tout comme la vierge Marie qui est selon Fomenko d’origine russe quand a Pierre Dortiguier ne trouver vous pas étonnant qu’un philosophe « voltairien » sois séduit par cette théorie qui efface d’un révère de main toute l’histoire du catholicisme
je suis très inquiet de voir le récentisme gagner du terrain aussi vite et souvent pour soutenir des groupes politique qui refont l’histoire sans que cela ne gene personne
je suis aussi très inquiet pour égalité et réconciliation qui petit a petit est infiltré par ces groupes

Grégoire dit :

C’est à la fois risible et franchement effrayant l’énergie que des individus peuvent consacrer à débiter des stères et des hectostères d’élucubrations sans queue ni tête (pneumatique ou pas d’ailleurs).

Je trouve triste que dans une sphère intellectuelle où l’on essaie de nous former à utiliser au mieux notre esprit critique, autant de gens puissent croire, sincèrement je n’en doute pas, à tout ça.

D’autant que c’est profondément pernicieux envers ce que nous essayons de défendre; sans même mentionner la tentative autofellatoire, passez moi le terme, franchement bouffonne de ce bon Monsieur Fauxmenko (Vrai faucheur du sens commun pour le coup).

Ça montre, je suis d’accord avec vous, la fragilité générale des esprits dans cette époque qui peut avoir l’air bâtie en carton pâte.Ce qui fait, j’ai l’impression, que la pensée tend à se systématiser et transforme la logique en engrenage qui veut toujours aller plus loin. Ainsi on nous a menti sur l’interprétation des faits et de la chronologie? Suite logique, et surprise! la chronologie et les faits sont inventés de toutes pièces. D’ailleurs les Grands de l’Histoire sont en fait des hommes reptiles venus de l’espace qui ont élu domicile au centre creux de la Terre (je n’invente même pas); parce qu’après tout, pourquoi pas, hein!

C’est un peu inquiétant, même si je n’en veux pas du tout à ceux qui adhèrent à ces théories. J’en veux énormément en revanche à ceux qui, comme Pierre Dortiguier, sont dotés d’une formation, d’un esprit solides, et qui usent du crédit qu’on leur porte pour propager ce genre de théories.

Sans compter que tout ça mobilise des ressources dont vous pourriez user pour faire votre énorme travail de vérité historique, voire même pour vous reposer.

C’est de plus toujours un plaisir de vous lire, car comme Mr Guillemin, on vous entend autant qu’on vous lit.

Enfin, je vous dis merci , vous souhaite bon courage et vous fait une bise ( respectueuse, bien entendu) depuis la belle campagne haut-rhinoise.

Henri Autray dit :

Hilarant! Et tragique tout à la fois.
Après avoir calomnier nos aïeux maintenant, voilà qu’ils veulent les faire disparaistre !

Bravo et merci à vous deux pour votre combat contre l’obscurantisme! Et je ne limite pas l’obscurantisme qu’à ce sujet…

dedechan dit :

Bonjour madame Sigaut,

peut on mieux comprendre le Déluge biblique à la lumière de ceci?
Quoi d’autre pourrait réconcilier la science et la Bible?

Par ailleurs, pouvez vous m’éclairer sur les évènements politiques de la période circa 1850 en Perse ? J’espère vraiment votre aide d’historienne à l’esprit ouvert là dessus s’il vous plait.

Cordialement,
Dede.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *